top of page

Enfin, je le revois… - L'Ontario - Épisode 4

Dernière mise à jour : 21 juil. 2022

Encore ce matin, le soleil préside à mon réveil. Aujourd’hui c’est une journée bien spéciale. Depuis près d’un an, François Legault a décidé que je n’avais pas le droit de voir mon fils. Il a même posté des policiers aux « frontières « de l’Abitibi pour m’empêcher d’approcher. Mais enfin, les mesures sanitaires sont allégées. Je dois avouer que les paysages, tout au long de mon chemin, me laissent plutôt...tiède, car je n’ai qu’une idée en tête. Aujourd'hui, enfin, je vais revoir mon fils et le serrer dans mes bras.

Je commence ma journée en allant me promener à la chute Gordon, un parc urbain magnifique.



Je prends ensuite la 101 vers le nord. Plus je me rapproche de Rouyn-Noranda, plus mon cœur bat fort. Laniel, Fabre, un petit détour par Ville-Marie, une ville que j’adore, surtout pour sa Foire Gourmande qui y est tenue à la fin de l’été… et la proximité avec le magnifique lac Témiscamingue.


À Rollet, je tourne à droite sur la 391. Il me semble que ça fait une éternité que je roule… Je passe devant les sentiers des collines Kékéko. Je m’y promènerais bien, mais...pas aujourd’hui.


Enfin, j’arrive chez mon fils. Je le sers longuement dans mes bras en camouflant soigneusement toute mon émotion, mais disons que mes yeux brillent plus qu’à l’habitude. Je m’abreuve de sa présence pendant toute l’après-midi et la soirée. Déjà demain je repartirai…

Le deux jours suivants ne sont qu’un long retour à la maison.



Grands-Remous



J'arrête à Mont-Laurier, prend un bon souper à la Microbrasserie du Lièvre, un resto que j’adore, et couche dans l’hôtel le plus cher et le plus miteux de mon voyage. Ça m’apprendra à ne pas réserver.

J’ai mal aux fesses, au dos, aux épaules,... J’ai hâte à mon lit, j’ai le goût de retourner chez moi, de revoir mon jardin, mes fleurs…

Enfin, j’arrive… fière de ce nouveau voyage pendant lequel j’ai relevé de nouveaux défis, et heureuse d’être chez moi mais, aussi, surtout, d'avoir enfin revu mon fils.


Ontario Pros and Cons

Pro Les routes

Partout, vraiment partout, le revêtement des routes a de quoi faire honte au Québec. Il est tellement agréable de « rider » sans surveiller et contourner incessamment les pièges des routes québécoises. Pas de craques, pas de trous, pas de bosses. Même les chantiers de construction sont mieux. Vous savez, cette « marche » sur laquelle on se heurte lorsqu’ils refont l’asphalte? Et bien, pas de ça en Ontario La présence du français

À beaucoup d’endroit, bien plus qu’au Québec, les annonces sont bilingues. C’est une belle manière de recevoir les voisins... Très peu de présence policière et… des conducteurs civilisés malgré cette absence des forces de l’ordre.

Cons Les toilettes Il n’y a pas de toilettes publiques ou...si peu. En plus, est-ce un accès de pudibonderie, elles ne sont pas affichées. Tout ce qu’on voit, c’est une pancarte de table à pique-nique et … on doit aller voir s’ils ont pensé à installer une toilette. Quand c’est le cas, il s’agit habituellement de toilettes sèches qui sont très loin d’égaler celles qu’on retrouve dans le parc de la Mauricie. Les haltes municipales

Elles sont absentes ou mal organisées. Pas de villages-relais clairement indiqués, pas d’affiches indiquant les points de vue sensationnels.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page