top of page

Lac St-Jean - Épisode 2 - Le Fjord

Dernière mise à jour : 1 nov. 2023

Au petit matin, je grimpe la centaine de marches de la tour d’observation de l’Ermitage St-Antoine pour admirer la vue. Je constate que je devrais faire un peu plus d’exercice… mais l’effort en vaut la peine. Ensuite, je déguste un bon petit déjeuner sur la terrasse tout en admirant le lac. La journée va être magnifique et chaude. Pas un nuage à l’horizon. Je mène sûrement une bonne vie pour obtenir tant de grâces.



Je repars. Premier arrêt à la halte routière de Chambord, un incontournable. La vue sur le majestueux Lac St-Jean est impressionnante.


Le prochain arrêt est au Parc National de la Pointe Taillon. La traversée d’Alma, où la circulation est relativement lourde, me fait encore plus apprécier les routes de campagne. Le yin et le yang... C’est ma première visite au Parc National. On se croirait presque sur les plages de Old Orchard. Les parasols multicolores jonchent la plage, tels une nuée de Lollipops. Je déguste un panini et une bière de la Microbrasserie du Lac St-Jean. Ensuite, trempette dans le lac pour me rafraîchir... il fait vraiment beau aujourd’hui. Ce n’est que lors de ma visite aux toilettes que mon esprit se rebiffe. J’aimerais vraiment comprendre pourquoi, en zone verte-Covid, on ressent le besoin de fermer un lavabo sur deux et une toilette sur deux. La première personne à m’offrir une explication logique et scientifique à cette décision va gagner un prix.



Je continue ma route sur la 172. En arrivant à Chicoutimi, je suis tellement impressionnée par la vue qui se présente devant moi que j’oublie tout, y compris de regarder les pancartes routières, et je me retrouve de l’autre côté de la rivière Saguenay... sans l’avoir vraiment désiré. Bon, je m’y retrouve assez facilement dans les échangeurs et revient sur la route 172.


Non, je ne regrette rien ♫ J’avais beaucoup hésité entre la route 170, au sud du Fjord et la 172, au nord. Dès les premiers km, mes doutes s’envolent. J’ai fait un choix judicieux. Petit arrêt à la halte routière de St-Fulgence qui, elle aussi, offre une vue à faire pâlir d’envie toutes celles que j’ai vu dans plusieurs pays.



Évidemment, j’arrête pour la crème molle traditionnelle à Ste-Rose-du-Nord. Mes conseillers de Riders-Qc ne m’auraient pas pardonné si j’avais ignoré la Perle du fjord nichée dans son écrin de verdure. Je continue ma route sur la 172, admirant au passage les lacs et contreforts de la région.


Une demoiselle en détresse Lors d’un arrêt pour admirer les beauté offertes par le fjord du Saguenay, je constate que mon pneu arrière a un clou bien implanté en son cœur. Prise des signes vitaux... 20 lb. Bon, que faire? Je décide de continuer à vitesse réduite. Quelques km plus loin, je sens mon pneu qui glisse de droite à gauche et ça empire. Nouvel arrêt, les signes vitaux sont faibles. Mon pneu va devoir être réanimé, peut-être même... transplanté.


Je contacte l’assistance routière mais, le réseau est tellement faible que je ne peux expliquer mon besoin et... l’employé raccroche. Bon, j’ai l’air fine… Heureusement, quelques minutes plus tard, un bon samaritain, motard de son état, passe par là et arrête. Après les salutations d’usage, examen de la patiente et une petite discussion, nous en venons à la conclusion qu’il n’y a qu’une solution. Il doit aller plus loin pour tenter de rejoindre, à nouveau, l’assistance routière. Son téléphone est à plat. Je lui remet donc mon le mien, mon permis de conduire (pour mes coordonnées), ma carte de crédit (pour l’assistance routière) et il part vers un endroit, que j’espère pas trop lointain, où il obtiendra du réseau. En attendant son retour, je tente d’ignorer les mille milliards de brûlots qui me tournent autour. En plus, demain c’est dimanche et les garages sont fermés.

J’ai bien hâte de voir comment tout cela va finir et quand je serai de retour sur la route. Mon sauveur revient moins de 40 minutes plus tard avec de bonnes nouvelles. La dépanneuse est déjà en route. Une autre demie-heure et c’est Guillaume du Garage Tadoussac qui arrive. Poli, professionnel, gentil... même sa dépanneuse est parfaite. Je n’en avais jamais vu une si propre, extérieure ET intérieure.



Nouvelle discussion sur les choix possibles. Il appelle un spécialiste en réanimation de pneu qui le conseille. Finalement, nous tenterons une chirurgie mineure. En route pour Tadoussac, il débarque ma moto au garage, viens me porter à l’hôtel et me donne rendez-vous pour le lendemain matin.

Hier, ma journée s’était terminée très tard et je m’étais promis une soirée plus relaxe pour le lendemain. Finalement, il est encore plus tard qu’hier lorsque je prends finalement ma douche. La journée a été longue et... intéressante. J’ai hâte de voir ce que me réserve la suite du voyage. Juste avant de m’endormir, j’ai une pensée reconnaissante pour mon samaritain qui a pris quelques heures de sa vie pour aider une demoiselle en détresse et je me promet de rendre la pareille un jour.





21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page