top of page

Vers le pays du soleil levant - Épisode 1

Dernière mise à jour : 22 juil. 2022

Juliette, ma petite japonaise, s’est fait une nouvelle amie, une grosse américaine qui pète de la broue. Elle s’appelle Bebey.


Depuis mon retour de l’Ontario, elles complotent dans mon dos et, ce soir, elles m’annoncent qu’elles partent demain matin vers le pays du Soleil Levant, vers l’est, vers les maritimes. Où exactement...impossible de le leur faire dire. Sérieux, je n’aurais pas pu être plus surprise. J’ai l’impression que c’est la nouvelle amie de Juliette qui l’entraîne dans ces chemins inconnus. Il faut dire que le propriétaire de Bebey est revenu d’Afrique, où il a passé trois mois, il y a à peine... 24 heures. Peut-être que le goût d’aventure est, comme Buzz le dirait, « Vers l’infini et au delà ». Je me dépêche donc de faire mes bagages car, malgré ma surprise, je veux faire partie de l’expédition.


crédit: Pixar

Au petit matin, nous quittons ma chaleureuse demeure et...en route vers l’inconnu. Tout d’abord, passer le pont Pierre-Laporte, qui n’offre qu’une seule voie depuis quelques jours. Finalement, ce n’est pas si pire, au bout de 15 minutes c’est fait. Nous voilà sur l’autoroute 20, vers l’est. Nous filons jusqu’au centre touristique de La Pocatière, situé sur les berges du fleuve.



J’en profite pour ramasser un peu d’information sur la route que je vais emprunter aujourd’hui. J’ai réussi à savoir, grâce à des ruses de sioux que, ce soir, je dormirai dans une roulotte à St-Joseph-de-Madawaska.

Nous continuons sur la 20 jusqu’à un des plus beaux villages du Québec, Notre-Dame-du-Portage. Ses panoramas remarquables sur le fleuve St-Laurent et les montagnes de Charlevoix, sa piscine extérieure d’eau salée et, surtout ses couchers de soleil, ont contribué à sa renommée. La route du fleuve, qui longe tout le village, mérite le détour à elle seule. Tout ça, sans oublier l’archipel Les Pèlerins, situé juste en face et qu est l’habitat des petits pingouins. Oui, oui, il y a des pingouins dans le fleuve.


crédit: petits pingouins, ici.radio-canada.ca


La 132 nous mène ensuite jusqu’à Rivière-du-Loup. Petit arrêt pour le dîner au Subway.

Pourquoi… parce que… ah bon! Au Subway, je commande une salade qu’on me facture 13,95$ plus taxes, quand le prix des autres salades ne dépasse pas 10$. Comment le calcul est fait? Et bien, il n’y a pas de prix pour cette salade alors… c’est 13,95$. Pourquoi… parce que… ah bon! Je demande ensuite une fourchette pour manger la dite salade. Ils n’en n’ont pas. Pourquoi? Parce qu’ils ne peuvent plus en commander. Ah bon??? On me conseille finalement d’aller en quémander une au restaurant voisin…. Je me retrouve à manger ma salade avec une cuillère. Juste avant de partir, je vais aux toilettes. Un employé me fait remarquer que je n’ai pas mon masque. Je réponds que je l’ai oublié… à côté de ma fourchette.


À partir de Rivière-du-Loup, la route 185 nous mène vers le lac Témiscouata. Un lac long de 45 km… ça c’est un lac monsieur! Bon, il n’a pas de monstre qui y habite, comme dans le lac Pohénégamook, mais il a un barrage de 343 mètres de long. C’est quand même impressionnant.



Nous arrivons à St-Joseph-de-Madawaska. Les propriétaires de la roulotte sont tout excités. Ils viennent tout juste d’acheter deux porcelets, sur un coup de tête. Deux beaux porcelets qui produiront certainement un excellent bacon pour accompagner les œufs frais de leurs poulettes



Dégelis


Après un souper en ville (Edmundston) et une rencontre inattendue avec une biche, nous regagnons nos pénates pour un repos bien mérité.

J’ai hâte de voir vers où nous irons demain...


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page