top of page

Ces courbes, ah ces courbes,…. Ma visite du Parc National de la Mauricie

Dernière mise à jour : 1 juil. 2023


crédit: Vogue.fr


Ce matin, je devais partir pour la Gaspésie mais, une analyse attentive de la météo pour les prochains jours, m’a convaincue de retarder mon départ. Alors… que faire? Plusieurs Bikers m’avaient parlé du Parc National de la Mauricie, c’est l’occasion rêvée d’aller voir si leurs commentaires dithyrambiques sont représentatifs de la réalité.

Départ de Québec, j’emprunte la 40 et la 356 pour me rendre rapidement à pied d’œuvre. Premier arrêt, la Station Rose des vents à St-Jean des Piles. J’y fais le plein d’essence, d’un délicieux sandwich tortilla cuisiné sur place et d’une bière de microbrasserie de la région.

J’entame le Parc. Oh… je n’étais pas préparée à cela. La route est PARFAITE. On dirait qu’elle a été pavée la semaine précédente. Pas un trou, pas une bosse, pas une craque, pas de sable ni de gravier. Parfaite je vous dis. C’est alors que les courbes arrivent et la perfection grandit encore. Je les caresse, je les enfile les unes après les autres et je me retrouve dans un état second. Wow, dire que j’aurai pu découvrir cet endroit plus tôt.


À mi-chemin, j’arrête pour jaser avec un gentil policier qui est là pour veiller à ma sécurité et à la vôtre. Il me recommande le meilleur spot pour luncher, le lac Wapizagonke.


Ces courbes, ah ces courbes. Des courbes douces comme celle d'une certaine Mme Milo, Vénus de son prénom. D’autres plus pointues comme celles des soutiens-gorges Cross your Heart de ma jeunesse. Dire qu’il y a deux mois je n’aimais pas les courbes. Que voulez-vous, je devais apprendre à conduire avant de comprendre tout le plaisir qu’on peut avoir avec... une courbe. Inexplicablement, malgré un dimanche parfait, le parc n’est pas surpeuplé. Un beau soleil, pas de vent, pas de bibittes, et ces courbes conjuguées au plus-que-parfait.





J’arrive au spot recommandé par mon joli policier, le lac Wapizagonke. Ce lac, creusé par un glacier et encaissé dans les montagnes, est magnifique. Des enfants s’y amusent à ramasser alevins et sangsues. Les adultes y vont plutôt du canot, du kayak et du wakeboard. Je déguste mon lunch en sentant la douce brise sur ma peau, en écoutant le chant des oiseaux et en regardant les canetons qui effectue leur première sortie sur l’eau.

Pratico-pratique...Les aires de pique-nique sont propres et bien organisées et, même les toilettes sèches sont luxueuses.

Je continue

ma route avec un arrêt au Vide-Bouteille et à l’Ile aux pins. Le Québec est vraiment rempli de merveilles.

Récemment j’ai lu le post d’un Biker qui racontait avoir fait le parc deux fois dans la journée et... je le trouvais un peu bizarre de repasser au même endroit. Et bien, vous savez quoi, avoir eu le temps j’aurais fait de même.

Je quitte le parc et file vers St-Élie de Caxton. Les courbes sont belles, le paysage l’est encore plus mais je me languis de retrouver le revêtement d’asphalte parfait du parc et ses routes tranquilles. C’est l’heure du retour. Je prend la 55 jusqu’à la 138 et, de là, retour vers Québec par cette belle route panoramique en arrêtant au parc de Champlain (où j’ai perdu mon portefeuille et où un couple qui l’a retrouvé attendait... que je les trouve. Merci à ce couple de Bikers de Lévis pour leur grande gentillesse) et au quai de Portneuf.


Dernier arrêt à la microbrasserie La Fosse à Donnacona. J’y déguste une planche composée de fromage et de charcuterie de la région. Le Québec n’est pas que beau, il goûte bon. Je vous invite à visiter cet endroit tout près de Québec. J’ai adoré le service, la bouffe et la bière.

À bientôt...en Gaspésie







368 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page